Dans presque tous nos articles, nous te parlons de suivi de cycle. C’est un outil incroyable, facile à mettre en place et qui possède de nombreux avantages à l’arrêt de la pilule. Dans cet article, nous allons te présenter la méthode de suivi et de compréhension de ton cycle pas à pas.

Disclaimer :

Ici, nous ne parlerons pas de contraception naturelle (méthode symptothermique) mais bien d’observation du cycle. Pourquoi cette précision ? Pour que la méthode symptothermique soit fiable, elle est régie par des codes bien précis à suivre, afin de ne pas faire d’erreur. Lorsque nous parlons de suivi de cycle, l’idée est surtout pour toi de te situer dans ton cycle et de comprendre le fonctionnement de ton corps pour enfin avoir confiance en toi et savoir comment ton organisme gère ce retour au naturel. Pour l’observation du cycle, nous nous basons sur les grands principes de la méthode symptothermique puisque celle-ci même se base sur les différents éléments physiologiques qui interviennent au cours d’un cycle. La différence c’est que dans le suivi de cycle, les erreurs de compréhension n’ont pas de conséquence sur ta contraception. 

L’observation du cycle est d’ailleurs une très bonne initiation au principe sympto-thermique. Il permet de prendre conscience de sa fertilité et surtout de sa non-fertilité. Si tu souhaites aller plus loin et démarrer la contraception naturelle à indice combinés, nous te conseillons de lire le livre d’Audrey Guillemaud (“Cycle féminin et contraception naturelle”) et si tu le souhaites de te diriger vers une conseillère en symptothermie (comme Eugénie Tabi qui est une super conseillère).

Les avantages

  • Reprendre confiance en soi
  • Comprendre comment son organisme gère ce retour au cycle naturel post pilule
  • Comprendre le fonctionnement de ses cycles
  • Accueillir les différents changements avec plus de sérénité
  • Prévoir l’arrivée de ses règles
  • Si période d’aménorrhée ou autre troubles du cycle : cela permet d’avoir un outil en plus pour comprendre ce qu’il se passe

Ce qu’il te faut

Convaincue ? On l’espère ! Le suivi de cycle ne demande peu d’investissement. Pour pratiquer la méthode, il te faut :

  • Un thermomètre à double décimales (très important pour la précision) : Nous avons toutes les deux commencer avec le thermomètre cyclotest lady. Aujourd’hui, nous utilisons TempDrop, mais qui demande un plus gros investissement de départ.
  • Un carnet ou une application qui répond à tes besoins : Même si tu choisis la deuxième version, choisi-toi un joli carnet que tu dédiras à ton évolution post pilule et à l’observation de ton cycle. Tu pourras noter tes ressentis mais aussi ce que tu apprends sur toi et ton fonctionnement.

Comment suivre son cycle ?

Nous avons fait le choix de te parler de mise en place du suivi de cycle par étape. Cela afin que tu puisses y aller à ton rythme, pour ne pas te créer de stress avec de trop grosses sources d’informations d’un coup. L’idée est aussi que tu prennes le temps dont tu as besoin pour assimiler toutes ces données.

Étape 1 : Ne pas se mettre de pression

Et bien justement, commençons par la première étape : Ne te mets pas de pression. A l’arrêt de la pilule, il est fort possible que tu sois submergée d’informations. Malheureusement, nous manquons trop de connaissances sur le fonctionnement de notre corps. Et c’est une période de notre vie où nous avons besoin de nous reconnecter à nous, notre cycle et son fonctionnement. Cela afin de mieux nous comprendre et de mieux vivre notre transition.

Alors, si tu ne te sens pas prête à intégrer le suivi de cycle dans ta routine, ce n’est pas grave. Comme dit dans l’introduction, prends le temps dont tu as besoin pour assimiler toute les informations. Dans tous les cas, cela ne sera que contre production de te forcer à suivre ton cycle : tu vas te créer du stress qui est le PIRE ennemi de ton cycle. On y va donc en douceur, et on retient une seule chose : ON S’ÉCOUTE !

On t’invite tout de même à continuer la lecture de l’article. En effet, si tu ne souhaites pas tout de suite prendre ta température par exemple ou analyser ta glaire, tu peux commencer par être attentive à tout tes ressentis (on t’en parle juste après).

L’idée n’est surtout pas de te créer un nouveau stress ou de te culpabiliser. Tu n’as pas besoin de ça. Sens-toi prête et n’hésite pas à y aller étape par étape. Et ça tombe bien, tu viens de passer la première !

Étape 2 : Être à l’écoute de son corps

Pour commencer, tu peux déjà être attentive à tous les changements au fur et à mesure des jours : Comment te sens-tu ? As-tu des sensations nouvelles qui apparaissent ? Ton humeur change-t-elle au fur et à mesure des jours ? 

C’est déjà une grande étape que de prendre ENFIN le temps d’écouter son corps ! Finalement, on a souvent mis de côté cette étape.

En particulier au début de ta transition, tu vas pouvoir ressentir des changements, des ressentis qui n’étaient pas là avant. Il est intéressant pour toi de les noter. Avec le recul, il est possible que tu comprennes et identifies mieux tous ses ressentis.

Pour prendre en note tout ça, à toi de voir :

  • Soit sur ton joli carnet : chaque jours, chaque semaine, fais selon tes besoins
  • Soit sur une application qui te permettra facilement de cocher ou de noter tes humeurs et tes ressentis

Encore une fois, c’est à toi de voir. N’oublie pas que ce temps que tu te dédies est précieux mais ne doit pas devenir une contrainte. Ce n’est encore une fois, pas du tout l’objectif.

Étape 3 : Commencer à prendre sa température

Si tu n’as jamais entendu parler du suivi de cycle, tu ne dois pas comprendre l’intérêt de prendre ta température. Pour faire simple, tout au long de ton cycle, différentes hormones vont intervenir et faire le lien entre ton cerveau et tes ovaires. Ces changements hormonaux ont un impact direct sur la température de ton corps qui va évoluer selon la période de ton cycle, de quelques décimales. On s’intéresse toujours à la température basale, c’est à dire la température la plus basse que ton corps atteint au repos.

Donc, en prenant ta température au quotidien, tu vas pouvoir voir ta courbe de températures évoluer. Grâce à cela, tu vas pouvoir identifier un plateau de température bas et un plateau de température haut.

On espère ne pas t’avoir perdu. Avec un schéma, c’est tout de suite plus simple :

graphique exemple de température

Dans notre corps, rien n’est fait par hasard. Tout a un lien.

Pour savoir comment bien prendre ta température, nous avons rédigé un article complet sur le sujet. Mais pour l’expliquer en quelques phrases :

  • L’idée est de prendre ta température basale : Celle-ci correspond à la température la plus basse atteinte par le corps au repos, soit celle qui sera mesurée le matin au réveil.
  • Tu dois prendre ta température chaque matin au réveil, avant de faire quoi que ce soit (dès que l’on se lève et commence à bouger de trop, notre température augmente).
  • Récupère ensuite tes données, et inscris-les où tu le souhaites (diagramme ou application) afin de tracer une courbe. Tu peux trouver des diagrammes à télécharger gratuitement sur notre bibliothèque privée.

Étape 4 : Analyser ses courbes 

Bon, ok, mais on en fait quoi de cette info ?

Rappel : Ici, on ne parle QUE de suivi de cycle, pas de contraception naturelle.

Grâce à la prise quotidienne de tes températures tu vas pouvoir distinguer deux grands plateaux :

  • Un plateau bas : Il correspond, plus ou moins, au premier jour de tes menstruations, donc le premier jour de ton cycle, jusqu’à ta période d’ovulation
  • Un plateau haut : Tu vas pouvoir observer une montée en flèche de tes températures, qui vont se stabiliser par la suite et former le plateau haut.

Dans les 10 à 16 jours suivant la montée en plateau haut, ta température va chuter à nouveau : tu peux te préparer à accueillir tes menstruations. Cela va clôturer un cycle pour en démarrer un nouveau. Ceci étant dû à la chute hormonale qui déclenche les menstruations.

Ainsi, pour simplifier, la première partie du cycle correspond à la période fertile et la deuxième période correspond à la période infertile. Et entre les deux, c’est ta période d’ovulation.

Étape 5 : Commencer à analyser ses changements au niveau de ta glaire cervicale

Lorsque tu prenais la pilule, il est possible que ta glaire (ou pertes blanches) ait disparu. Cela peut donc être perturbant à l’arrêt de la pilule de les redécouvrir. Cependant, elles sont totalement naturelle et très utile pour notre corps. Elle fait parti des signes de bonne santé et la glaire est le “service intégré” d’auto-nettoyage de ton vagin.

Tout comme tes températures, sa texture et sa consistance évoluent au cours de ton cycle. Elle devient plus ou moins collante ou filante, plus ou moins liquide ou sèche et crémeuse. Parfois même, tu ne l’as vois pas/ressens pas.

A cette étape, nous te conseillons simplement de constater les changements. N’hésite pas à la toucher, la découvrir pour analyser sa texture. Commence à noter la texture de ta glaire avec tes propres mots. Tu peux la récolter au niveau de l’orifice d’entré du vagin et si tu te sens à l’aise avec ça, tu peux aussi aller la chercher au fond de ton vagin au niveau du col de l’utérus (c’est ici qu’elle est sécrétée). 

Les jours où tu ne la perçois pas au niveau de ta vulve ou même dans ta culotte, c’est parce que celle ci n’est pas descendu jusque là, mais elle reste présente au niveau du col de l’utérus.

Étape 6 : Corréler les analyses de tes températures et de ta glaire

Au début, rien ne sert de forcément chercher une cohérence particulière entre toutes ces données. L’idée est surtout pour toi d’être à l’écoute de ton corps et de noter un maximum de choses. Ne cherche pas à correspondre aux “normes” ou plutôt aux schémas que tu peux lire. Au fur et à mesure des cycles, tu apprendras à mieux te comprendre et tu verras que pour toi aussi il y aura de “grandes tendances” qui te sont propres. Les évidences (basées sur des faits scientifiques évidemment) se verront au fil du temps.

Par exemple, au début surtout, il est possible que tu aies du mal à mettre en relation ta prise de température et l’analyse de ta glaire. Ta température semble indiquée quelque chose et ta glaire semble indiquer l’inverse ? Ce n’est pas grave, ne te créer pas de frustration et laisse toi guider par ton corps.

De la même manière, ne soit pas frustrée ou énervée de ce que tu peux attendre de tes ressentis, motivation ou humeur selon la phase de ton cycle. Il est possible que ça ne correspondent pas aux grandes lignes pour diverses raisons. Par exemple, à l’ovulation si tu te sens moins motivée et davantage fatiguée, ce n’est pas grave ! Ca dépend aussi des cycles et bien sûr des évènements extérieurs !

L’idée est de prendre tout en note. Laisse toi le temps de pratiquer sur plusieurs cycle. Tu pourras revenir en arrière ensuite pour comparer.

Prends le temps, plus tu pratiqueras, plus tu te connaîtras ! Tu pourras aussi revenir sur ton cycle passé durant tes menstruations. Tu auras du recul sur celui-ci et n’auras plus les mêmes attentes.

Se remercier de s’accorder ce temps chaque jour

Le suivi de cycle a changé énormément de choses pour nous à l’arrêt de la pilule. Même si nous l’avons commencé à des moments très différents, une fois mise en place dans notre quotidien, même après plusieurs mois à analyser son corps, c’est toujours aussi fascinant de voir tous ces changements. Au fur et à mesure des cycles, on apprend à mieux se connaître. On apprend à reconnaître ces moment où nous sommes très motivées, très énergique et à l’inverse ces moments pendant lesquels nous avons besoin de ralentir. On apprend aussi à accepter et accueillir avec bienveillance nos changements d’humeur ou la variation de notre libido.

Prends aussi le temps de te remercier de ce temps que tu t’offres, ton corps saura le percevoir d’une façon ou d’une autre !