Il y a quelques semaines maintenant, nous t’avions invité à partager ton témoignage sur l’arrêt de la pilule. Le but est de rassurer les personnes qui souhaitent arrêter la pilule et leur permettre de se sentir moins seules dans leurs peurs et leurs questionnements. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Valérie dans cet article témoignage.

Valérie est une jeune femme de 29 ans qui a arrêté la pilule fin mai 2019. C’est donc relativement récent pour elle, tout en ayant un peu de recul sur la situation. Les mois sont passés qu’en est-il de sa transition ? Elle a commencé à prendre la pilule en 2006. Cela faisait donc 13 ans qu’elle était sous contraception hormonale. Comment a-t-elle vécu ce changement de contraception ?

Arrêter la pilule : une décision compliquée

L’arrêt a été très difficile pour moi, ça m’a pris un an pour me décider. Comme je prenais la pilule depuis très longtemps, j’avais peur des réactions que mon corps pourrait avoir à l’arrêt, notamment qu’il pourrait revenir aux problèmes que j’avais avant de prendre la pilule, à savoir, règles abondantes et ultra douloureuses (au point de manquer certains jours d’école) et acné très prononcé.

Valérie

L’arrêt difficile, on connaît ! Ou plutôt, ça a été le cas de Florette. La prise de décision vers l’arrêt de la contraception hormonale peut être difficile à prendre. En fait, elle remet tellement de choses en question que l’on n’arrive parfois même pas à expliquer ce qui nous bloque. Ici, Valérie nous témoigne de sa peur autour des réactions de son corps suite à l’arrêt brutal des hormones de synthèse. On ne peut pas prévoir exactement ce qu’il va se passer à l’arrêt de la pilule. Bien souvent, on a peur et on se fait une montagne de scénarios et puis finalement, il n’en est rien. Comme on dit “la peur n’évite pas le danger”.

Il faut aussi se rappeler que la pilule camoufle les symptômes que nous avions avant de la prendre. Les hormones de synthèse ne guérissent pas l’acné définitivement , ni ne régule les menstruations abondantes. Alors il est possible, en effet, d’avoir un retour de règles abondantes ou d’acné, on en parle juste après. Rappelle-toi aussi que ton corps n’est plus le même à 29 ans qu’il l’était à 16 ans (âge de la prise de la pilule). Finalement, a-t-on réellement connu notre corps et notre cycle au naturel ?

Redécouvrir son corps après des années sous hormones de synthèse

Je redécouvre le fonctionnement de mon corps et je suis plus à l’écoute de moi-même (physiquement et mentalement). Je n’ai pour le moment pas noté de point négatif.

Valérie

Avant d’arrêter la pilule, on se focalise beaucoup sur l’aspect potentiellement négatif de celui-ci. Puis à l’arrêt, on se rend compte de tous les points positifs que cette décision a pu engendrer dans notre quotidien. Toutefois, nous avons bien conscience de la difficulté de passer ce cap. D’ailleurs, être en accord avec soi et cette décision, sans se sentir forcée est un grand pas pour se sentir mieux dans la transition post pilule.

C’est un élément qui revient souvent “ce retour à soi“. Comme évoqué précedemment, on ne connaît pas le véritable fonctionnement de notre corps, de notre cycle. L’arrêt de la pilule peut demander de s’informer sur ce sujet. D’une part pour se rendre compte que notre corps nous veut du bien et d’autre part, pour comprendre les maux et l’aider à les soulager.

[A l’arrêt de la pilule, j’ai eu comme désagrément..]

Un peu plus d’acné. Peut-être une perte de cheveux plus marquée, mais ça fait déjà des années que j’en perds beaucoup, donc je ne suis pas certaine.

Valérie

Nous pouvons te rassurer : rien n’est une fatalité. Si l’acné ou les règles abondantes, comme ici, reviennent, il y a des astuces naturelles pour t’aider. Nous avons rédigé un article sur le foie, créer un guide sur l’acné post pilule et un article sur les règles, qui pourront t’aider. Au fur et à mesure des mois, s’il n’y a pas de changement nous t’invitons à consulter un médecin, un gynécologue ou un naturopathe en fonction de l’évolution de ces symptômes.

Une nouvelle routine

[ As-tu mis en place une nouvelle routine et des astuces pour que ta transition se passe mieux ?]

Oui, j’ai commencé à faire des jeûnes intermittents et je fais des cures de certaines plantes que m’a conseillé ma naturopathe. J’ai par ailleurs réduit ma consommation de gluten drastiquement (mais j’en mange toujours un peu, parce que je ne veux pas m’en priver non plus). Je vois également une ostéopathe qui est notamment spécialisée dans le travail autour des cycles féminins. Et j’ai tout récemment commencé à appliquer de nombreux conseils que j’ai trouvé dans votre guide acné post pilule.

Valérie est accompagnée par naturopathe pour sa transition post pilule. Elle a aussi fait le choix de se tourner vers une ostéopathe spécialisée dans le travail sur le cycle féminin. Accompagner son corps dans sa transition après les hormones de synthèse est une nécessité pour mieux appréhender ta vie après. Pour cela, tu peux commencer à suivre tes cycle avec la méthode des indices combinés. Elle va te permettre de mieux comprendre comment ton cycle fonctionne, de détecter l’ovulation et pouvoir en déduire (à quelques jours près) l’arrivée de tes menstruations, de mieux comprendre tes changements d’humeurs, d’envies ou encore si les désagréments sont liés à une partie de ton cycle ou non. Bref, c’est un outils que nous conseillons vivement d’utiliser, pour se rassurer principalement !

Précisons également que les choses que Valérie a mise en place pour accompagner son corps dans la transition lui son propre ! Il ne s’agit en rien d’une méthode universelle et si nous te partageons cela c’est pour t’inviter, toi aussi, à trouver ce qui TE convient :).

Nous remercions beaucoup Valérie pour avoir participer à notre demande de témoignage. Si toi aussi tu souhaites partager ton expérience, tu trouveras toutes les informations nécessaires dans cet article.