Il est tout à fait légitime lorsque tu arrêtes la pilule, ou toute autre contraception hormonale, de te demander si tu vas avoir des cycles réguliers ou irréguliers les premiers mois après l’arrêt.

Cette question est d’autant plus logique si, avant de commencer à prendre la pilule (lorsque tu étais ado, ou même plus tard) tu avais déjà des cycles irréguliers. C’est d’ailleurs souvent la cause première de la prescription de la pilule (avec l’acné), avant même l’aspect contraceptif pur.

Lorsque nous discutons avec vous par message privé et que vous évoquez le problème des cycles irréguliers, votre première réaction est la peur face à cette potentielle réaction de votre corps. C’est donc pour nous l’occasion de mettre en lumière le fait que lorsqu’il y a de la peur, c’est qu’il y a le plus souvent une méconnaissance vis à vis du phénomène en question.

C’est une théorie qui se vérifie souvent lorsqu’il s’agit de notre corps. Nous n’en connaissons pas, ou peu les mécanismes, de ce fait l’ignorance laisse souvent place à la peur. Il n’y a ici aucun jugement péjoratif, bien au contraire il s’agit d’une réaction tout à fait justifiée.

Nous avons peur, ou éprouvons de l’inquiétude vis à vis des choses que nous ne connaissons pas, ou connaissons mal.

Dans cet article, notre but est justement de t’expliquer quelles peuvent être les causes de ces irrégularités. Mais aussi, comment il est possible d’y palier, naturellement. Tu sauras ensuite mieux appréhender ce phénomène et ainsi ta peur se dissipera.

Si aujourd’hui c’est une des raisons qui te bloque à l’idée d’arrêter la pilule, tu verras que ce n’est pas une fatalité et qu’il y a des solutions.

Les cycles irréguliers, une vieille histoire de mise en route  

Commençons par le commencement, qu’est-ce que l’on entend par “cycles irréguliers” ?

Nous pourrions définir cela comme le fait de ne pas avoir ses menstruations de manière mensuelle et rythmée autour d’un cycle bien construit. Rappelons qu’un cycle menstruel commence lors des menstruations (premier jour de perte de sang). Et qu’à un moment dans le cycle, nous ovulons. Le cycle se termine ensuite lors du retour des menstruations.

Le cycle menstruel féminin ne s’étale pas forcément sur 28 jours. Cela varie selon chaque femme et peut aller de 21 à environ 35 jours en moyenne. Cela peut même varier d’un cycle à l’autre pour une même femme. Pour autant nous ne parlons pas forcément de cycles irréguliers si l’on reste dans cette fourchette.

Nous parlerons de cycles irréguliers plutôt dans le cas où la fourchette entre les cycles est beaucoup plus grande. L’on va avoir ses menstruations une fois, puis plus du tout pendant 1 mois, ou même 2 mois par exemple.

De manière générale on parle de cycles irréguliers lorsque nous sommes incapables de prévoir la venue de nos menstruations. Et que nous ne connaissons pas du tout le déroulement de notre cycle.

Les cycles irréguliers à la puberté

Lorsque nos ménarches arrivent (première menstruations à l’adolescence), notre cycle de femme se met en route. Comme toute mise en route, ça cafouille. Rare sont les personnes pour lesquelles leur cycle menstruel est régulier et très bien réglé dès leurs premières menstruations. Il faut souvent du temps pour que la “machine” se mette en route, et que les ajustements se fassent.

Le problème c’est que c’est aussi le moment ou de l’acné peut commencer à arriver. C’est également la potentielle découverte des douleurs menstruelles qui accompagnent ce cycle fraîchement mis en route.

L’adolescence : la mise en route des hormones

En réalité, tous ces petits “désagréments” ne sont le fruit que d’une seule chose : la mise en route des hormones de ton cycle menstruel, la LH et la FSH sécrétées par l’hypophyse. Ces deux hormones orchestrent la production de progestérone et d’œstradiol (un des œstrogènes). Ces dernières sont sécrétées par les ovaires au cour du cycle et ce, jusqu’à la ménopause.

Comme nous le mentionnions précédemment, avant d’être réglé comme du papier à musique, ce balai d’hormones fanfaronne. En parallèle, c’est souvent à ce moment là, que, désemparée et inconsciente de tout cela, nous consultons pour la première fois un médecin ou un gynécologue à propos de notre cycle menstruel, pour lui exposer les faits.

Et là, on te le donne dans le mille, c’est souvent à ce moment que pour la première fois de ta vie, on te parle de “la pilule”.

Notre but n’est pas de généraliser le cas de toutes les femmes*. Cependant, et c’est un fait, la pilule est souvent prescrite d’abord pour les problèmes liés aux irrégularités de cycles et en second plan pour l’aspect contraceptif pur.

Tu l’as donc bien compris, les irrégularités de cycles à l’adolescence lors de la mise en route de ton cycle menstruel ne sont pas “un problème”. C’est simplement le fait que ton organisme a besoin d’un peu de temps et d’aide (mais pas de la part de la pilule) pour trouver son harmonie et son rythme de croisière.

A l’arrêt de la pilule, la cacophonie recommence

La pilule, une bombe à retardement…

La pilule est le premier perturbateur endocrinien auquel nous sommes exposés si nous la prenons. (Et même si nous ne la prenons pas ! Cf. les hormones qui passent dans les urines puis que l’on retrouve dans l’eau du robinet et dans les océans…).

Un perturbateur endocrinien est une molécule qui mime, bloque ou modifie l’action d’une hormone et perturbe le fonctionnement normal d’un organisme.

Futura Santé

Avec la pilule, nous sommes donc en plein dedans !

Tu imagines bien, de la même façon que ce n’est pas anodin de commencer la pilule, ce n’est pas anodin de l’arrêter ! Aux vues de ses effets sur la santé, il est évident que notre organisme ne sera pas le même avant et après le passage de cette contraception hormonale.

L’effet clé de la pilule et c’est aussi ce qui caractérise son fonctionnement c’est de nous faire avaler des doses d’hormones 20 à 50 fois supérieures que ce que notre organisme produit naturellement. De ce fait, lorsque tu l’arrêtes, inutile de te dire à quel point elle laisse derrière elle un champ de mine d’un point de vue hormonal. C’est comme un ouragan qui passe et qui détruit tout.

L’intérêt primordial est donc d’agir dès l’arrêt de la pilule (voire en amont). En tout cas, tant que possible, pour limiter au maximum les dégâts hormonaux liés à cette méthode de contraception.

Le retour tant redouté des cycles irréguliers

Pour résumer, la pilule est donc tel un ouragan qui laisse derrière elle tes hormones dans un état de détresse.

Première cause d’un cycle irrégulier ? Le dérèglement hormonal…

Sauf que cette fois, ce dérèglement n’est pas dû à la “mise en route” de la machine comme à l’adolescence comme nous l’évoquions au début de cet article. Cette fois, c’est bien dû au passage dévastateur d’un comprimé et ça, ça n’a rien de naturel !

Pour autant, il va réellement falloir y remédier. Ce n’est évidemment pas impossible que cela t’apporte aussi un lot de douleurs pendant tes menstruations et pendant ton cycle. Rappelons que quelque part tout est lié.

D’un point de vue représentation du cycle féminin pour la femme* il faut aussi voir le côté énergétique.

Un cycle sain est un cycle équilibré avec ses perfections dans ses imperfections. Le cycle menstruel en dit long sur ton état émotionnel. Un cycle déséquilibré va et peut engendrer des sautes d’humeurs, de la dépression, un certain mal être de manière générale. Il est d’autant plus important de prendre conscience de tout cela pour vouloir et pouvoir agir en globalité !

C’est pourquoi durant certaines périodes de notre vie, on peut constater des cycles irréguliers. Par exemple en cas de choc émotionnel, de grande période de stress etc. Notre cycle menstruel est interconnecté avec notre état émotionnel !

Dans le concret, comment réguler son cycle hormonal ?

Si en arrêtant la pilule et en constatant les dégâts tels que des cycles irréguliers et des douleurs menstruelles, tu as peut-être été tentée de retourner voir un gynécologue ou même un médecin.

Nous parions que dans 99% des cas celui ci t’as dis “Et oui mon petit, il ne fallait pas arrêter la pilule hahahahahaha (rire diabolique)”. Bon ok on exagère avec le rire diabolique. En revanche, nous n’exagérons pas en ce qui concerne le pronostic, c’est souvent ce qui se passe.

Tu repars donc déçue, car ce n’est évidemment pas ce que tu voulais entendre.

Pratiquer la méthode à indices combinés

La méthode des indices combinés est avant tout une méthode te permettant de te reconnecter à ton corps. Elle te permet de mettre en lumière les différentes périodes de ton cycle et te permettre d’en comprendre le fonctionnement.

Cette méthode est basée sur l’observation de tes cycles à l’aide de 4 indices précis qui sont :

  • L’évolution et les variations de tes températures tout au long du cycle
  • L’analyse et les changements de textures de ta glaire cervicale ou pertes blanches
  • L’attention portée sur tes différents ressentis et symptômes tout au long du cycle
  • La position de ton col de l’utérus (haut et ouvert, bas et fermé)

Par ailleurs, c’est une pratique très importante à mettre en place à l’arrêt de la pilule par exemple. C’est le moment primordial où tu as besoin de montrer à ton corps que tu es là pour l’écouter.

Magie ou pas magie, le fait de porter son attention sur son cycle au quotidien en pratiquant la méthode des indices combinés permet la plupart du temps de déclencher les menstruations pour les femmes qui n’en ont pas ou plus depuis un moment. Mais aussi, de réguler le cycle pour les femmes qui ont des cycles trop irréguliers.

Nous avons rédigé un article complet à ce sujet. Nous t’invitons donc à le lire pour comprendre en détail cette pratique.

Tips et astuces issus de la nature

La nature est toujours si bien faite. Elle regorge de petits secrets et richesses qui peuvent nous permettre de soigner notre petit corps.

Cependant, il n’y a encore une fois pas UNE recette miracle. Et oui, l’être humain est un être complexe et surtout très différent d’une personne à l’autre.

Même lorsqu’il s’agit de recommandations naturelles, rares sont les choses qui peuvent convenir à tout le monde ! C’est pourquoi nous allons ici te donner quelques conseils basiques que tu peux mettre en place.

Cependant ce que nous pouvons te conseiller si tu as des cycles trop irréguliers, c’est de démarrer un suivi avec un(e) naturopathe. Le suivi naturopathique permet d’une part de déterminer avec justesse quelles sont les méthodes et conseils qui correspondent à ta constitution . Il permet aussi te donner les clés de compréhension du fonctionnement de ton corps pour te permettre d’être autonome.

Par ailleurs tu peux aussi consulter un(e) naturopathe si tu souhaites mieux accompagner ton corps dans la phase de transition post pilule tout simplement. Il faut bien se rappeler que le passage de la pilule dans notre corps n’est pas anodin. Ton organisme a besoin d’aide pour s’en sortir en douceur.

Infusions de sauge et de feuilles de framboisier

Ces deux plantes sont vraiment les plantes du cycle féminin menstruel. Tu peux en consommer et alterner entre les deux. La semaine avant tes menstruations tu peux en consommer chaque jour et pendant tes menstruations 2 fois par jour. Elles sont à préparer en infusion toutes simples.

Vertu des huiles essentielles

Tu peux te préparer ce mélange d’huiles essentielles. Te masser le bas du dos 2 à 3 fois par jour, pendant quelques jours.

=> 5 gouttes d’huile essentielle de cardamome + 10 gouttes d’huile essentielle de sauge sclarée DANS 10 ml d’huile végétale de cameline

Sur un comprimé neutre tu peux aussi prendre 1 goutte d’huile essentielle de cardamome et une goutte d’huile essentielle d’angélique, trois fois par jour, pendant une semaine.

Conseils et recettes issus du livre Aromathérapia, tout sur les huiles essentielles – Isabelle Pacchioni

Prendre un peu de temps pour se recentrer

Il est important de montrer à ton corps que tu fais attention à lui. Dans nos vies où nous faisons mille choses, nous oublions trop souvent de porter notre attention sur notre corps.

Ne serait-ce que le soir lorsque tu vas te coucher, tu peux prendre le temps de poser tes mains au niveau de ton bas ventre en formant un triangle et respirer tranquillement.

Prends conscience au maximum de la chaleur qui se dégage de tes mains et qui réchauffe cet endroit. Imagine la chaleur migrer en profondeur dans ton utérus, et envoie lui de l’amour et des pensées positives !

Dans notre conscient, autant que dans notre inconscient, nous avons trop souvent été exposée au fait que notre corps de femmes* est soumis à de nombreux diktats le rabaissant sans cesse. Il est temps de montrer de l’amour pour ton corps et d’apprendre à accueillir tous les messages que celui ci t’envoie.

Pourquoi as-tu des cycles irréguliers ? Portes-tu assez d’attention à ton cycle ? Ne l’as-tu pas négligé ? Ne l’as-tu pas pris pour une simple machine que l’on pouvait délaisser et abandonner pour la remettre en route sans s’en soucier ?

Il ne faut pas négliger l’impact de nos pensées vis à vis de notre cycle et de notre corps, d’où l’importance de prendre du temps pour soi, pour se recentrer.


Il y a-t-il des pratiques et conseils que tu appliques dans ton quotidien ? Les as-tu déjà testées et comment les trouves-tu ? N’hésite pas à nous partager ton ressenti et ton expérience en commentaire ou en message privé sur notre compte Instagram 🙂