A l’arrêt de la pilule, nous avons, nous aussi, dû faire face à cette grande question : Quelle contraception utiliser maintenant ? Pour répondre à cette question, nous nous sommes renseignées et informées sur différentes méthodes. De ces recherches, deux méthodes sans hormones se sont démarquées : Le DIU en cuivre et la méthode symptothermique.

Nos expériences personnelles avec le stérilet

Dans cet article, nous avons décidé de te partager nos deux témoignages vis à vis du stérilet. Nous avons décidé de ne pas le porter, et nous t’expliquons pourquoi.

Le témoignage de Maëlle

” Mon souhait grandissant d’arrêter la pilule me poussa à prendre rdv avec une sage femme (réputée être plus à l’écoute que les gynéco niveau contraception). J’étais simplement une jeune femme à la recherche de la vérité sur son corps, d’une oreille attentive, bienveillante : un peu comme une grande sœur qui serait là pour nous rassurer et nous accompagner.

Si j’ai eu envie d’arrêter la pilule, de base, c’était vraiment pour reprendre les rênes de mon cycle menstruel en mains et le laisser s’exprimer au naturel. Je voulais aussi arrêter de déléguer la gestion de ma contraception à un médicament. J’avais beaucoup d’appréhensions car je me sentais très seule pour franchir cette étape.

Comme beaucoup de femmes qui se posent des questions sur l’arrêt de la pilule j’avais entendu parler du stérilet au cuivre. J’avais souhaité évoquer ce sujet avec la sage femme. Elle n’a pas été contre la pose d’un stérilet. Elle m’a montré ce à quoi cela ressemblait, m’a expliqué globalement le déroulement de la pose etc. La sage-femme n’a pas été inquiétante quant à la douleur etc. Elle m’a dit que cela dépendait de chaque femme et de l’état d’esprit dans lequel nous sommes pendant la séance. Je suis même ressortie avec une ordonnance, me laissant le choix de l’acheter et de prendre un rendez-vous pour le poser, ou pas.

J’en avais parlé avec mon compagnon. Il a trouvé tout aussi étrange que moi d’avoir un corps purement étranger dans l’utérus. Il m’a également rappelé que si mon souhait le plus profond était de redécouvrir mon corps s’exprimer pleinement et de ne plus lui faire de mal, il n’était certainement pas judicieux d’avoir recours au stérilet. Ce que j’avais à faire était peut être tout simplement d’écouter mon intention première, laisser mon corps tranquille et ne pas mettre de stérilet. Ce que j’ai fait. “

Le témoignage de Florette

“Je ne me suis pas dirigée vers un praticien à l’arrêt de la pilule. Lorsque j’ai décidé de l’arrêter, j’avais déjà des informations sur la contraception naturelle. Sans la pratiquer et en ayant une vague idée de ce que c’était, il est vrai que cela me faisait peur. Mais bien moins que l’idée de me faire poser un stérilet en cuivre. J’avais lu beaucoup trop d’articles et de témoignages à ce sujet pour passer le cap. Ce qui ne m’a pas empêché de me pencher sur la question. Puisque c’est ce qui semble le plus fiable pour le corps médical. C’est assez dingue d’admettre que la première méthode de contraception que j’ai envisagé est celle de qui me faisait le plus peur.. Comme quoi… Sans réelles informations, on fait de nouveau, très vite confiance au praticien.

J’en ai parlé donc rapidement avec mon compagnon. Et la discussion s’en ai conclu par un avis tranché : Je ne poserai pas de stérilet et nous ferons autrement. L’autre méthode étant dans un premier temps le préservatif puis par la suite la méthode des indices combinées.”

Vos témoignages avec le DIU en cuivre

Nous avons reçu de nombreux témoignages sur le stérilet en cuivre qui nous ont aidé à écrire nos articles. Si tu souhaites toi aussi, partager ton expérience, n’hésite pas à le faire en commentaire ou par mail. Cela poura aider de nombreuses personnes dans leur choix de leur nouvelle contraception.

Par ailleurs, si tu es actuellement dans ce questionnement à savoir quelle contraception choisir entre le stérilet au cuivre ou la symptothermie, nous avons crée un petit QUIZZ pour t’accompagner dans ta prise de décision 🙂 !